Acerca de

LEGISLATION

La pratique de l'Aromathérapie intervient en synergie et en complément d'un traitement médical sans pour autant établir de diagnostic ou modifier le traitement établi par un professionnel de santé.

La pratique de l'Aromathérapie ne peut et ne doit, en aucun cas, dispenser d'une consultation médicale et ce, quels que soient les symptômes.

L'aromathérapie entre dans la catégorie des actions de développement des ressources personnelles et le bien-être de la personne (Fiche métier ROME K1103)

Il ne s'agit nullement de soins médicaux mais de techniques de bien-être par le développement de ressources personnelles, le bien-être de la personne par la relaxation physique et la détente libératrice de stress.

La pratique de l'Aromathérapie entre en accord avec la résolution européenne A4-0075/97 mise à jour le 24 mars 1999 sur le statut des médecines non conventionnelles:

"On observe une tendance à la recherche d'une médecine plus humaine qui prendrait en charge l'être humain en tant que tel et pas seulement sa pathologie. D'où le regain d'intérêt pour des thérapeutiques traditionnelles et des remèdes plus doux qui visent moins à détruire un agent pathogène que rendre au corps humain sa capacité de résister à cet agent.

Cela ne signifie pas cependant que médecines conventionnelles et non conventionnelles s'excluent mutuellement. Au contraire, elles peuvent agir en complémentarité au plus grand bénéfice des patients."